Mélanie CAILLIAU - Plainte au pénal


Carpe Diem !


Plainte au Tribunal de première instance de Bruxelles

Une plainte a été déposée le 16 novembre 2004 au Tribunal de première instance de Bruxelles. En voici la traduction :


Plainte avec constitution de partie civile


A Madame/Monsieur le Juge d'Instruction près le Tribunal de première instance de Bruxelles,

Les parents ............., domiciliés ensemble à 1932............., Belgique,

.........................

Ont l'honneur de déposer entre vos mains une plainte avec constitution de partie civile contre :


1. Monsieur B.D., docteur en médecine, dont le cabinet est établi à 1950 Kraainem,.............,

et

2. Monsieur CM, docteur en médecine, dont le cabinet est établi à 1950 Kraainem, .............,

* * *

Le 16 avril 2004, à l'âge de 22 ans, Mademoiselle Mélanie Cailliau, fille des plaignants, a contracté la varicelle lors d'un séjour en Alsace.

Sur place, elle consulte le médecin généraliste de ses grands-parents qui lui conseille, à son retour à Bruxelles, au moindre problème, de se faire suivre par un médecin.


A son retour en Belgique, Mademoiselle Mélanie Cailliau se plaint de fatigue et d’essoufflement.

Le 5 mai 2004, elle consulte le cabinet du Docteur B.D. à Kraainem. Elle est cependant reçue par le Docteur CM, remplaçant du Docteur B.D.. Celui-ci lui prescrit des Magnecaps Plus Caps 60 et un arrêt de travail de trois jours.

L'état de santé de Mademoiselle Cailliau ne s'améliorant pas, elle reprend contact avec le Docteur B.D. par téléphone, le 10 mai 2004. Elle lui signale qu'elle fait de la rétention d'eau (prise de poids de 5 kg, passant de 50 à 55 kg), qu'elle se sent très fatiguée et qu'elle est très rapidement essoufflée.

Le Docteur B.D. l’informe que ces symptômes peuvent être des conséquences de la varicelle qu'elle a contractée au mois d'avril et l'invite à le recontacter si ceux-ci persistent dans les jours qui suivent.

Le 12 mai, Mademoiselle Cailliau rappelle le Docteur B.D.. Elle se plaint toujours des mêmes symptômes (fatigue, essoufflement, rétention d'eau).

Elle lui demande si elle ne devrait pas faire un bilan sanguin, conseil que le médecin alsacien de la grand-mère de Mélanie lui avait donné par téléphone.

Le Docteur B.D. lui précise que ce n’est pas nécessaire.

Le 27 mai 2004, Mademoiselle Cailliau appelle le Docteur B.D.. Elle se plaint toujours de fatigue intense, d'essoufflement au moindre effort, de douleurs. Le Docteur B.D. lui propose de la recevoir le 28 mai à 16 heures 15.

Le 28 mai 2004, comme elle ne peut pratiquement plus marcher, Mademoiselle Cailliau est conduite par sa mère au cabinet du Docteur B.D..

Elle se plaint de douleurs intenses au ventre et dans le haut du dos. Elle signale au médecin que son dernier repas date de l'après-midi de la veille et qu'elle l'a vomi.

Pendant la consultation, Mademoiselle Cailliau perd connaissance dans le cabinet du Docteur B.D.. Le médecin prend alors sa tension qui est de 6.5.

Le Docteur B.D. lui prescrit un arrêt de maladie du 28 mai au 1er juin et des médicaments "pour dénouer l'estomac" : Sulpiride 60, Pariet 10, Bionta Femina et Magnecaps.

Il lui remet également une demande d'examens de biologie médicale.

La mère de Mademoiselle Cailliau demande au médecin s'il ne serait pas opportun d'hospitaliser Mélanie.

Celui-ci répond par la négative et lui précise que "dimanche tu iras mieux et pourras t'oxygéner". Il explique les douleurs dorsales de Mélanie par "sa petite taille faisant que les intestins pressent sur la colonne vertébrale provoquant ainsi les douleurs".

Le 29 mai 2004, aux environs de 3 heures du matin, les plaignants conduisent leur fille aux urgences des Cliniques Saint-Luc à Bruxelles la croyant inanimée.

Les médecins constatent son décès.

Les plaignants demandent qu'une autopsie soit effectuée la nuit même.

.............

L'autopsie révèle que la cause du décès est une myocardite, contractée à la suite de la varicelle.

* * *

Les plaignants portent plainte contre Monsieur B.D. et Monsieur CM, notamment du chef d'homicide involontaire (article 418 du Code pénal) ou de toute autre infraction qui pourrait être révélée par les éléments de l’enquête.

Les médecins consultés devaient en effet savoir qu'une varicelle contractée à l'âge adulte pouvait entraîner des complications sérieuses.

Les médecins n'ont visiblement pas pris le temps d'écouter leur patiente. En effet, le relevé des communications téléphoniques ....... révèle que les conversations entre Mélanie et les médecins ne duraient jamais plus de deux minutes…

Ils n'ont pas non plus jugé utile de soumettre Mélanie à des examens plus approfondis alors que ces examens avaient été conseillés par le médecin des grands-parents de Mélanie que celle-ci avait consulté lors de son séjour en Alsace.

Confrontés à une patiente adulte se plaignant d'essoufflement, de fatigue et de rétention d'eau, symptômes indiquant un dysfonctionnement cardiaque, ils auraient dû mettre en oeuvre tous les moyens utiles afin de poser le diagnostic adéquat.

Les plaignants se réservent le droit de compléter leur plainte par tous les autres éléments utiles.

Les plaignants souhaitent en outre être entendus dans le cadre de l’enquête.

Les plaignants demandent qu'il Vous plaise, Madame, Monsieur le Juge d'Instruction, d'enregistrer leur plainte avec constitution de partie civile pour les faits susmentionnés et de bien vouloir tenir leurs conseils informés des développements de l'instruction.