Carpe Diem !  

Procédure ouverte devant le
Conseil de l'Ordre des Médecins de Belgique
suite au décès de Mélanie CAILLIAU
le 29 mai 2004 en Belgique
à l'âge de 22 ans.

( 13 ans, 11 mois et 22 jours )
 

La confiance en son médecin généraliste lui a été fatale !

 
 
 

Le cas dans le contexte de l'activité médicale par téléphone

Mélanie est décédée le 29 mai 2004 des suites d'une décompensation cardiaque dont l'origine était une varicelle contractée quelques semaines plutôt. Malgré plusieurs contacts téléphoniques, 2 consultations, la dernière ayant eu lieu quelques heures à peine avant son décès, le médecin généraliste de Kraainem a constamment sous estimé l'état de santé de Mélanie, ignorant l'historique et les signes avant-coureurs des problèmes cardiaques sévères. Il a toujours été rassurant quant au pronostic.

Notamment lors de la dernière consultation, alors que les symptômes étaient : vomissement, douleurs dans le dos et le ventre, essoufflement, rétention d'eau, fatigue intense, faiblesse générale, perte de connaissance dans le cabinet avec une tension artérielle de 6.5, tachycardie, il dira : « Dans deux jours tu pourras t'oxygéner dans le parc » ou encore « tu es comme une Justine Hénin sur un court de tennis qui se dit qu'elle ne peut pas jouer » ou encore « mon fils en 7ème année de médecine avaient les mêmes symptômes » ou encore « quand cela ne va plus, certains partent pour quelques jours en Egypte » ! Mélanie décèdera dans la douleur quelques heures après avoir entendu ces paroles réconfortantes !

Rappelons que le Dr Bernard Dupont, généraliste de Kraainem, n'a jamais vu Mélanie jusqu'à la date de sa dernière consultation le 28 mai 2004. Par contre, il l'aura eu au téléphone les 10, 12 et 27 mai. Cela ne l'a pas empêché de rassurer, temporiser, remettre au lendemain.

A ce sujet, le Conseil National de l'Ordre des médecins de Belgique a remis deux avis. Des avis accablants pour le médecin responsable de la mort de Mélanie :

Belgique - Avis du Conseil National de l'Ordre des médecins
en date du 16 février 2008 ainsi que celui en date du 07 juin 2008

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

 

Quelques extraits de l'audition des témoins devant le Tribunal Correctionnel de Bruxelles

Audiences des 18 et 19 décembre 2007

Le Dr Christian BROHET (Cardiologue - Cliniques Saint Luc - Bruxelles - Président le la Ligue Cardiologique de Belgique) :

"En tant que spécialiste. je puis vous dire que le 10 mai, soit 5 jours après la première consultation chez le docteur C. M. (ndlr : jeune médecin en formation au Cabinet de Bernard DUPONT), Mélanie n'aurait pas dû se contenter de téléphoner, mais bien de se rendre chez mon confrère Dupont.
Il est évident qu'au téléphone le médecin ne peut pas soupçonner l'état de gravité du patient et vu le contexte de la pratique de la médecine, notamment la charge de travail et les coups de téléphones fréquents, il me paraît normal que le docteur Dupont ait fait patienter la patiente."

ou encore :

"Avant le 28 mai, il était impossible de diagnostiquer une insuffisance cardiaque au téléphone, en tout cas pour 98% des médecins mais l'insuffisance cardiaque fait partie du diagnostic différentiel."

 
Le Dr Michel VANHALEWYN (Généraliste - 'Enseignant' au Centre Académique de Médecine Générale - Université Catholique de Louvain - ancien Secrétaire général adjoint, actuel coordinateur général de la Société Scientifique de Médecine Générale) :

"En tant que généraliste, je pense que j'aurais fait comme mon confrère Dupont, à savoir faire patienter Mélanie malgré les symptômes qu'elle présentait."

 
La presse, citant ces deux médecins, les décrira comme 'clairement ralliés à la cause du toubib inculpé'.
 

France - Rapport au Conseil de l'Ordre du 15 octobre 2004

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


Le Code de déontologie des médecins en Belgique

Extraits choisis pris sur le site Internet du Conseil National de l'Ordre des médecins :

Art. 11 Les médecins doivent entretenir entre eux des rapports de bonne confraternité et se prêter assistance.

Art. 137 Les médecins se doivent toujours une assistance morale: ils ont le devoir de prendre la défense d'un confrère injustement attaqué....

Les attentes

?

 
 
Haut de page !